Bibliothèque de documentation internationale
facebooktwittertumblrflickr  English
1ergm_endurer


Endurer
>  Les intempéries et l’absence d’hygiène


Le froid

30 31
Le convoi dans la neige le matin du départ de la Malgrange (Heillecourt), s.d.
Etienne-Auguste Krier.
Ablain-St. Nazaire [Pas-de-Calais], 14 janvier 1915.
Emmanuel Charles Jodelet.


Lettre adressée par Emile Sédira, du 3ème régiment de zouaves, à son ami Pépin Ottavi le 19 novembre 1914 après la réception d’un colis contenant des vêtements chauds.

« Tu ne peux pas te faire une idée de ce que cet envoi est tombé à pic ! Le soir même nous avons eu un terrible froid, heureusement sans eau ni neige et le thermomètre a certainement dû descendre à –2 ou –3 degrés ! Pense donc quand il faut monter la faction avec un pareil froid  ou coucher quelques heures dans des niches creusées en terre et recouvertes de chaume !…
Le lendemain, le champ de bataille était tout blanc, c’était triste mais merveilleux. Les pierres avaient sur elles une couche de glace de 1 à 2 cm d’épaisseur, si épaisse et si dense que le soleil qui brille ici de huit heures à quatre heures a été impuissant à faire fondre. Le dégel fut dur et si ça n’avait été mes pieds que je réchauffais en courant dans la tranchée sur un espace de 2 mètres je n’aurais pas souffert du tout. »

Fonds Correspondance de soldats (1914-1918) F delta 2125/2/8

Dans une lettre datée du 27 novembre 1914, Emile Sédira évoque les blessures causées par le froid intense.

« Pense il y a eu des nuits si froides, que nous avons évitées en partie, que ceux qui les ont subies à la file l’une de l’autre ont vu quelques uns des leurs évacués pour pieds gelés. Ces malheureux auront leurs pieds opérés, estropiés et bon nombre leurs jambes coupées par le chirurgien »

Fonds Correspondance de soldats (1914-1918) F delta 2125/2/8

32
Engelures, 1918.
Henri Gazan.



La pluie et la boue


Lettre du soldat  Pierre Bonnard adressée à Madame Méru le 31 décembre 1914

« Je suis toujours en bonne santé mais complètement mouillé et couvert de boue heureusement que nous allons avoir du répit. Depuis le 7 ce n’est que relève sous la pluie et le vent »

Fonds Correspondance de soldats (1914-1918)
F delta 2125/1/02/2/8

Lettre du soldat  Henri Forest adressée à Monsieur Albert Coyette le 25 avril 1916

« Je suis entré avant hier d’une période de huit jours consécutifs aux tranchées dont : 4 jours de 3ème ligne, 2 jours de 2ème ligne et 2 jours de 1ère ligne. Je recommence de nouveau à la fin de cette semaine. Nous avons eu la pluie presque tout le temps. C’est vraiment très dur car ce sont 8 jours de fatigue excessive, presque sans dormir, sans se laver, toujours mouillé et de tension nerveuse extraordinaire. Je n’étais qu’une plaque de boue et j’étais bien las mais maintenant je suis reposé, nettoyé, séché et prêt à recommencer. »

Fonds Correspondance de soldats (1914-1918)
F delta 2125/2/08


La crasse


Dans les tranchées, l’hygiène est inexistante. Les poilus qui tiennent leur surnom de leurs barbes et de leurs moustaches, vivent dans la crasse et la puanteur. Ils ne peuvent pratiquement pas se laver (en mettant un peu d’eau dans un casque). Des latrines de campagne, les feuillées, généralement creusées dans la terre ne sont aménagées qu’à l’arrière des premières lignes, ces lieux étant facilement repérables par l’ennemi.
La saleté et la présence des corps en décomposition attirent les rats et les poux. Les maladies et les épidémies se propagent.

Lorsqu’ils sont au repos, les poilus tentent de se débarrasser des poux.

33
En les mettant à l’air, ils crèveront bien tous de ce temps-ci, s.d.
Henri Gazan.



Dans une lettre adressée à son ami Pépin Ottavi, le 27 novembre 1914, Emile Sédira, du 3ème régiment de zouaves, évoque les difficultés rencontrées pour venir à bout de ces parasites.

« D’autres ennemis nous guettent encore. Outre les puces que nous ne craignons pas beaucoup, les poux font maintenant légion dans les cantonnements et c’est une lutte incessante contre ce parasite. Tous les sept ou huit jours, il faut ébouillanter ses vêtements avant de les laver et l’on travaille le plus souvent avec la perspective d’en avoir d’autres car bon nombre chez nous sont sales de nature et ne savent pas se défendre de la vermine ! »

Fonds Correspondance de soldats (1914-1918) F delta 2125/2/08

poux_1_bach poux_2_bach
Cherchant les poux, 1916.
Maurice Bach.
Les poux, 1916.
Maurice Bach.


alt Page précédente

VOIR AUSSI

La BDIC vous informe

Vous souhaitez recevoir les informations sur les actualités culturelles et scientifiques de la BDIC.

Inscription

Journal de la BDIC

Réalisé par les bibliothécaires des différents services, le Journal de la BDIC paraît trois fois par an.

Tous les numéros
LES COLLECTIONS
Mondes contemporains
Pôle de référence national et international pour toute l'histoire européenne des 20e et 21e siècles.

Tanguy Loyzance, Les forces du GUNT, Tchad,1983 © Loyzance
Bibliothèque, musée, centre d’archives
Archives, imprimés, audiovisuels, photographies, objets, ouvrages, peintures, dessins, affiches...

Henri Valensi, Expression des Dardanelles, 1917 © ADAGP 2015
Une documentation internationale
Collections en plusieurs langues sur les pays de l'Est, Etats-Unis, Amérique latine, Europe, Moyen-Orient...

Affiche "Tierra y libertad. Organo de la FAI. ", [1936-1939].
LA BDIC
bdicparis ouestparis lumieres
facebooktwittertumblrflickr  English
logo bdic reserve
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies susceptibles de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites.